Témoignage de Tahmeena Faryal, représentante de RAWA

devant le sous-comité de la Maison américaine
sur les Opérations Internationales et les Droits de l'Homme

lors de l'audience

Peuple afghan contre les Talibans: La lutte pour la liberté s'intensifie


31 Octobre 2001


Les fondements de la situation en Afghanistan sont devenues mieux connues dans les semaines passées, aux USA comme dans le reste du monde. Après des années à subir leur négligence, la situation désespérée du peuple afghan commence à recevoir une attention dont il a grand besoin. Cependant, les voix du peuple sont rarement entendues, et risquent d'être entièrement noyées sous le bruit effroyable de la guerre et des considérations globales de géo-politique.

Formée en 1977, l'association révolutionaire des femmes afghanes (Revolutionary Association of the Women of Afghanistan) est la plus ancienne organisation humanitaire et politique de femmes en Afghanistan. Basée en Afghanistan même et au Pakistan voisin, RAWA est une organisation composée uniquement de bénévoles, indépendante, non-violente, appelant au désarmement multilatéral et à l'établissement d'un gouvernement démocratique laïc dans lequel les femmes puissent enfin participer pleinement à la vie publique. Pour l'instant, RAWA fournit aux réfugiés un soutien, une formation et des soins médicaux -dans la clandestinité-, lance des projets créateurs de revenus, ouvre des orphelinats, documente les atrocités des Talibans et autres Jihadistes, organise des manifestations et rassemblements de protestation, ainsi que d'autres initiatives dans les deux pays. Les membres de RAWA en Afghanistan sont restés pour continuer notre travail pendant beaucoup des crises passées, et nous y restons aujourd'hui encore.

Le travail de RAWA tend aussi à rendre sa voix à notre peuple ignominieusement opprimé -particulièrement les femmes- et à mettre les femmes et hommes en puissance de ne pas oublier qu'ils -que nous- méritons le respect des droits humains et des libertés, et de viser un jour o les fusils et les canons s'arrêteront et o nous pourrons commencer à reconstruire.

La situation humanitaire courante est sérieuse, et rendue pire chaque jour en raison des combats continus, des bombardements américains,et de la destruction et de la peur que tous deux causent. L'hiver approche et les gens qui meurent de faim sont, par nécessité, changeants dans leurs alliances.

La situation politique est rendue encore plus précaire par ce que beaucoup d'Afghans perçoivent comme une aggression américaine contre notre pays et notre peuple, même si nous chérissons la possibilité d'une destitution des talibans. Et l'assistance étrangère continue et croissante à l'Alliance du Nord honnie a plongé notre peuple dans une horrible anxiété et une peur de ré-expérimenter les affreuses années de l'"émirat" jihadiste des années 90. Pour reprendre les mots d'un réfugié à Peshawar (25 septembre 2001), beaucoup beaucoup de gens disent que "tous, talibans et opposition sont des criminels, et nous ne voulons pas qu'ils dirigent l'Afghanistan. Durant les vingt dernières années, ils n'ont tous donné au peuple que des coups de fusil au lieu de nourriture et des tombes au lieu de maisons".

Le peuple afghan veut ce que tout peuple voudrait sur cette terre, l'arrêt des violences de brutes et l'établissement d'une stabilité de base de sorte que nous puissions ré-établir une société civile. Ce qui se passe en ce moment, et a eu lieu pendant des décennies, n'est PAS le fait de notre religion, notre culture, ou nos traditions; c'est une abomination de l'Islam et de toutes les autres religions pacifistes, et une violation de notre peuple qui a été pris en otage par des fanatiques. Comme le disait en octobre une autre réfugié afghan de longue date, "le peuple d'Afghanistan veut la paix, la sécurité, et la possibilité de reconstruire sous un gouvernement établi par des élections impartiales o le peuple vote sans un fusil sur la tempe".

RAWA verrait bien le roi précédent, Zahir Shah, comme figure centrale non-monarchique autour de laquelle un gouvernement d'interim pourrait se former. Cependandt, s'il revient sur la scène en se reposant sur l'Alliance du Nord et les éléments taliban prétendument "modérés", il ne trahira pas seulement sa réputation devant le peuple afghan, mais sapera également la stabilité et la viabilité de toute structure qu'il formerait.

Il y en a tant, de ceux qui sont aujourd'hui impliqués dans ce qui est venu à s'appeler l'Alliance du Nord, qui ont sur leurs mains du sang de notre peuple chéri, comme bien sûr les talibans. Leurs atrocités continues ont été largement documentées par des organisations internationales indépendantes luttant pour les droits de l'homme comme Amnesty International et Human Rights Watch, ainsi que d'autres. Ceux des talibans et de l'Alliance du Nord ont aussi montré leur incompétence et leur corruption au gouvernement. Notre peuple n'a pas oublié les années d'après la chute du régime fantoche des soviétiques de Najib -les plus horribles années de terrorisme et d'indécence 1,2- de même que nous n'oublions pas le temps pas si lointain o les Jihadistes eux-mêmes étaient les serviteurs bon marché d'Abdullah Ezam et d'Oussama bin Laden comme le sont les talibans aujourd'hui.

À présent, RAWA et beuacoup d'autres Afghans craignent que des groupes de l'"Alliance du Nord" se tiennent en embuscade, attendant de rentrer avec les fusils des USA dans Kaboul et travaillant à gagner le soutien de l'ouest pour établir leur deuxième "émirat". Ils leur faut prouver, et même déjà offrir, seulement un début de raison ou de peuve crédible suggérant qu'ils ne vont pas répéter leur précédentes atrocités.

Dans son rapport de 1995 sur la guerre des Moudjahidines qui suivit le retrait soviétique, Amnesty International1 démontra que "des milliers de femmes civiles non armées ont été tuées par des tirs inattendus et délibérés d'artillerie sur leur maison -Elles ont été soufflées ou frappées par des obus ou des balles pendant qu'elles marchaient dans les rues, attendaient aux arrêts de bus, travaillaient chez elles, ou s'abritaient dans de grands bâtiments. Beaucoup moururent ou furent blessées dans des attaques dirigées contre des mosquées, des écoles, et des hôpitaux. Ces attaques furent expliquées par des combats entre groupes rivaux, mais la nature de ces attaques, particulièrement sur des immeubles résidentiels, révéla une politique délibérée de terreur par les Moudjahidines à l'encontre des Afghans".

De plus, les forces moudjahidines, armées et entrainées par le gouvernement des USA et maintenant partie intégrante des talibans et de l'Alliance du Nord, menèrent une guerre brutale contre les femmes, utilisant le viol, la torture, l'enlèvement, et le mariage forcé comme armes. Beaucoup de femmes se suicidèrent pendant cette période, leur seule issue. Compte tenu de leur passé connu, nous ne voyons pas de possibilité qu'aucun de ces Jihadistes ne change de nature.

C'est pourquoi, toute initiative, qu'elle soit américaine, à la manière du "processus de Rome" ou multi-latérale pour établir un gouvernement à base large doit exclure tous les talibans et autres criminels des factions Jihadistes du pouvoir politique, à moins et jusqu'à ce qu'une faction ou personne particulière ait été acquittée des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Sinon, le peuple sera à nouveau plongé dans l'enfer qui a englouti notre pays de 1992 à 1996 sous le règne des élements impliqués de nos jours avec l'Alliance du Nord, et qui continue à présent sous les talibans et autres factions.

RAWA, au nom de plus de la moitié de la population d'Afghanistan, doit aussi insister sur le fait qu'une Loya Jirga ou un processus de développement d'un gouvernement d'interim n'est légitime qu'à condition d'inclure et admettre les voix des femmes du début à la fin de façon suivie et signifiante. Nous demandons un support sans équivoque des USA et des autres démocraties -et des autres pays aimant la liberté- sur ce point comme sur les autres.

l'Afghanistan a bien sûr besoin d'une aide conséquente de la communauté internationale, mais ne peut tolérer des ordres de l'extérieur, et même les Afghans qui meurent de faim résisteront une domination étrangère. RAWA, en tant qu'organisationconsistants, soutient totalement l'intervention d'une force de paix multi-nationale de l'ONU ou autre pour aider au désarmement des factions en guerre, établir les protections de base, et créer les conditions pour l'établissement d'un gouvernement d'interim.

Nous savons qu'un tel gouvernement intérimaire sera nécessairement éloigné de la démocratie, et nous insistons fortement pour que la communauté mondiale aide notre peuple à s'assurer qu'un tel gouvernement intérimaire reste seulement une marche temporaire sur l'échelle menant au plein établissement des doits citoyens -y compris des droits égaux pour les femmes et les hommes dans tous les domaines- et à la démocratie dans de nouvelles constitution et structure gouvernementale afghane.

Sur la base de preuves historiques, nous craignons fermement que la continuation des attaques américaines et la mort subséquente de civils ne donne des excuses aux talibans et à l'Alliance du Nord pour déclarer la guerre, et ne fournisse du pouvoir et des encouragements aux forces fondamentalistes dans la région et tout autour du monde, mettant en danger non seulement les Afghans, mais d'autres vies américaines, et les habitants de nombreux pays.

Après les terribles attaques terroristes du 11 septembre ici aux USA, les Afghans et les Américains, comme trop d'autres peuples à la surface du globe, ont en commun l'expérience de vivre sous la règle de la peur et de la mort. Tirons le meilleur parti de cette tragique communauté: joignez-vous à nous en demandant des politiques et initiatives américaines et internationales qui

- aident à construire une paix durable dans notre pays

-rétablissent les droits de l'homme reconnus internationalement pour les femmes, les enfants et les hommes d'Afghanistan,

- ouvrent la voie directe à un gouvernement laïc, à base large, démocratique, accueillant tous ceux qui sont innocents de crimes contre notre peuple, et

- amènent tous les fondamentalistes et autres terroristes devant la justice sous la règle du droit international.

Merci.

Références:

1 - Femmes d'Afghanistan: une catastrophe au regard des droits de l'homme , rapport d'Amnesty International, Londres, 1995. AI Index: ASA 11/03/95.

2 - RAWA. Les femmes marginalisés: Documentation sur les femmes réfugiées et les femmes dans les situations de conflit armé. Une publication du centre de développement Asie et Pacifique, 2000






Copie de: http://www.house.gov/international_relations/fary1031.htm




Revolutionary Association of the Women of Afghanistan (RAWA)
http://www.rawa.org

[
Page d'accueil] [Quelques documents de RAWA]